La LETTRE DU FINANCIER TERRITORIAL (LFT) est non seulement une source d'information reconnue mais aussi un outil de formation permanent « à domicile ». Onze fois par an (un numéro pour les mois de juillet et août) elle vous propose une rencontre que vous pouvez organiser en deux temps : 

- d’abord prendre rapidement connaissance de l’essentiel avec des textes systématiquement rédigés à cette fin dans le fond et sur la forme ; 

- ensuite revenir « à votre main » sur les textes pour tirer parti des informations opérationnelles dont vous avez besoin dans l’exercice de votre métier. 

Quelles sont ces informations opérationnelles ? Elles sont fournies dans chaque numéro suivant le même dispositif autour de 7 chroniques complétées par une fiche technique.

  1.  La chronique Economie développe des analyses centrées sur le suivi et la prévision de paramètres essentiels d’environnement pour la gestion budgétaire tels que le taux d’inflation ou le taux d’investissement des entreprises, facteur clef d’évolution du potentiel fiscal local.
  2.  La chronique Marchés financiers vous communique en particulier les conditions pratiquées sur le marché du crédit aux collectivités locales au cours du mois écoulé et vous donne des recommandations mensuelles dans la perspective d’une gestion active de votre dette et de votre trésorerie.
  3.  La chronique Management des opérations de recettes et de dépenses vous indique comment optimiser l’application des nouveaux textes et vous conseille également pour gérer les opérations de marchés et de délégations de service public.
  4.  La chronique Gestion comptable, audit, analyses et contrôles financiers est organisée dans le même esprit que la précédente. Elle fait une large place à la présentation de nouvelles techniques d’analyse financière couvrant le diagnostic des satellites de tous ordres.
  5.  La chronique Droit et contentieux conduit des analyses qui font autorité et vous aident à prévenir les risques juridiques.
  6.  La chronique Prospective et gestion stratégique est tournée vers l’audit stratégique soit l’évaluation des forces et faiblesses de votre collectivité et l’anticipation des tendances lourdes qui pèsent sur le futur de vos finances.
  7.  La chronique Brèves et lectures Outre le signalement de textes qui n’appellent pas de commentaires lourds dans les chroniques précédentes, cette dernière rend compte des publications les plus récentes en matière de gestion financière et vous en rapporte les idées essentielles à retenir, comme si vous les aviez lues ... 

La revue est complétée chaque mois par une fiche de technique financière : 

LES FICHES TECHNIQUES MENSUELLES : Chacune d’entre elles présente soit un outil nouveau soit des modalités nouvelles pour un usage optimal d’un outil classique (comment analyser le coût global d’un ouvrage public, comment analyser les comptes d’une S.E.M., comment établir un règlement financier, comment procéder à l’évaluation des charges transférées en matière d’investissement ...).

 

Charte déontologique

La Lettre du Financier Territorial est une revue d'information et de formation permanente des responsables financiers des collectivités territoriales et de toutes personnes concernées par les finances locales. Elle répond aux besoins de ses lecteurs dans le cadre de leur vie professionnelle.

Les auteurs et journalistes de la Lettre du Financier Territorial recherchent des informations, les vérifient ainsi que leurs sources, les situent dans un contexte, les hiérarchisent, et éventuellement les commentent sous l’autorité et la responsabilité de l’éditeur qui assure la direction de la rédaction et de la publication, dans le cadre d’une politique éditoriale définie.

Les auteurs et journalistes veillent avec la même exigence au respect des règles déontologiques énoncées dans cette charte qui emporte des engagements réciproques avec l’éditeur.  

L’éditeur et les auteurs et journalistes maintiennent l’indépendance de la rédaction à l’égard de tout groupe de pression, quelle qu’en soit la nature (annonceurs, publicitaires, pouvoirs publics...). L’éditeur veille à la préservation du secret des sources de ses journalistes et auteurs.

L’éditeur évite toute équivoque entre les articles rédactionnels et la publicité. Il refuse de publier un article en raison de pressions financières. Il n’accepte aucune publicité imitant le contenu rédactionnel et la présentation de la publication sans que ce texte soit spécifiquement identifié comme tel. Il est par ailleurs rappelé qu’un travail de publicité rédactionnelle doit faire l’objet d’un accord particulier entre l’éditeur et le journaliste professionnel ou l’auteur. Les auteurs et journalistes gardent recul et distance avec toutes les sources d’information et les services de communication, publics ou privés. Ils se méfient de toute démarche susceptible d’instaurer entre eux-mêmes et leur sources un rapport de dépendance, de connivence, de séduction ou de gratitude. A ce titre, un journaliste professionnel ou un auteur ne peut accepter pour la rédaction de ses articles d’autres salaires, droits ou avantages que ceux que lui assure l’entreprise de presse à laquelle il collabore. Les journalistes et auteurs s’interdisent tout plagiat. Ils citent les confrères dont ils reprennent les informations. Ils rectifient dans les meilleurs délais et de la façon la plus visible les erreurs qu’ils ont pu commettre. Ils peuvent refuser de signer un article modifié à leur insu, ou contre leur gré, si cette modification en change le sens.