La Lettre du Financier Territorial

Editorial

Trois ruptures dans l'ordre international ... et local

Publié dans le N°375 -Avril 2022
|


Du global au local : jamais l'aphorisme n'a été aussi juste. Des évolutions déjà en cours ont été accélérées par la pandémie et la guerre au centre de l'Europe qui modifient radicalement l'ordre international, avec de puissantes répercussions sur nos sociétés.

Un pilier de l'ordre mondial s'effondre : la liberté des échanges et la coopération économique. Le constat que les dérèglements des années 1920-1930 ont été une cause importante de la seconde guerre mondiale avait conduit la conférence de Bretton Woods (juillet 1944) à définir l'architecture d'un nouvel ordre économique et monétaire mondial, gage de paix grâce à l'interdépendance des Etats. Il en est résulté une série d'institutions et de principes structurants : FMI (un système monétaire international), Banque Mondiale, GATT, devenu OMC (réduction des barrières douanières). L'indépendance des colonies, l'implosion de l'URSS, la volonté de la Chine de s'intégrer dans le concert des nations et l'acceptation universelle de l'économie de marché ont stimulé les échanges et produit un exceptionnel enrichissement planétaire par ce qu'on a appelé la mondialisation.

La Covid 19 et la guerre en Ukraine font prendre un virage stratégique. La découverte de la dépendance aux producteurs étrangers, aux longues lignes logistiques, aux aléas politiques suscite le repli sur un nationalisme économique à caractère défensif, voire protectionniste, tandis que les sanctions économiques et financières, qui impliquent de nombreux Etats, sont devenues des armes dans des affrontements multidimensionnels. De profondes et durables transformations affecteront la production de biens, les prix, les monnaies, les marchés financiers dans des conditions encore imprévisibles.

L'ordre international avait aussi été consolidé par une remarquable densité d'accords multilatéraux sur lesquels sont fondées de puissantes organisations à vocation pérenne. Ces traités dépassent le traditionnel contrat et institutionnalisent un pouvoir légitimé par un solide support doctrinal. Ils forment une « trame constitutionnelle » supra-étatique couvrant la planète. Législateurs et gouvernements nationaux doivent en respecter les dispositions et sont soumis au droit dérivé produit par ces organisations et aux contrôles qu'elles effectuent, parfois par des juridictions. Si beaucoup de ces systèmes ont un caractère sectoriel (aviation, postes, agriculture, santé, commerce) nombreux sont ceux qui ont une vocation générale (ONU, UE, Conseil de l'Europe, ASEAN, OEA, Union Africaine, etc.). Cadres d'échanges permanents entre les gouvernements, ils ont remodelé les droits nationaux et offrent aux citoyens des protections inégalement respectées mais appréciées. Or, ces organisations ont considérablement perdu de leur influence. L'ONU est impuissante dans les conflits armés. L'UA est paralysée face à ceux qui se déroulent en Afrique. Le Brexit a été une attaque violente contre l'UE alors qu'un départ de l'Union paraissait si impensable qu'aucune procédure n'était prévue. Après la sortie de la Russie du Conseil de l'Europe, l'ancien président Medvedev a tenu des propos virulents contre les valeurs et principes sur lesquels cette organisation est fondée et que son pays rejette dorénavant. L'affaiblissement des structures multilatérales, au moment où la compétition pour les ressources devient plus aigüe, est une régression lourde de périls.

Enfin, le coût durablement élevé des énergies, de nombreux produits de base et des biens manufacturés exigera de déchirantes révisions. S'il impose une contrainte que les gouvernements étaient incapables de décider pour lutter contre le dérèglement climatique, il interdira aussi d'instituer de nouvelles écotaxes sur lesquelles comptent certains Etats et l'UE. Une inflation peu maîtrisable va peser sur les budgets publics tenus, par ailleurs, à un surcroît de dépenses (défense, migrants, climat) dans un contexte de taux d'intérêt poussés à la hausse.

S'y ajoutent des changements géopolitiques et militaires perturbateurs des situations acquises qui placent l'Europe devant un choix simple : sortir par le haut et s'organiser en puissance, y compris militaire, ou devenir un protectorat américain sous pression russe permanente.


Newsletter de la Lettre du Financier Territorial

Inscrivez-vous et soyez informé de nos nouvelles parutions et de l'actualité de notre site